Santé

Allergie: L'asthme et la rhinite allergique représentent 80 % des maladies allergiques répandues en Algérie

Publié par Dknews le 14-06-2019, 16h55 | 3
|

Les maladies de l'asthme et de la rhinite allergique représentent 80% des maladies allergiques répandues en Algérie, a déclaré le chef de service de Pneumo-Allergologie au CHU Issad Hassani de Beni Messous (Alger), Pr. Habib Douagui.

S'exprimant en marge du 10e congrès euro-africain d'allergologie et d'immunologie clinique organisé à Alger les 12 et 13 juin, le spécialiste a précisé que «l'asthme et la rhinite allergique viennent en tête des maladies allergiques répandues en Algérie à hauteur de 80 %».

Relevant que 4% des adultes sont atteints d'asthme et 8% des enfants d'asthme bronchique, M. Douagui a appelé à la mise en place d'un «programme national pour la prise en charge de ces maladies, à l'instar des autres spécialités». Par ailleurs, il a mis l'accent sur «la nécessité d'ouvrir des unités référentielles pour prendre en charge les maladies allergiques à l'est, l'ouest et le sud du pays, et ce à l'instar de l'unité de l'hôpital de Beni Messous».

Pr Douagui a mis l'accent sur «la nécessité de lutter contre le tabagisme qui pollue aussi bien l'environnement extérieur que l'intérieur des maisons, induisant des complications des maladies respiratoires et allergiques». Pour élargir la prise en charge de ces maladies complexes, le spécialiste a affirmé qu'outre la répartition de 300 allergologues à travers le pays, le ministère a introduit le diplôme d'études spécialisées dans ces maladies au profit des médecins généralistes pour soigner toutes les catégories de la société dans les régions éloignées des établissements hospitaliers.

Pr Kouassi Boko, pneumologue à l'hôpital d'Abidjan (Côte d'Ivoire) et président de la Société africaine de pneumo de langue française a souligné qu'«en dépit du manque de moyens et de l'absence de la sécurité sociale pour la prise en charge de ces maladies notamment l'asthme dont le taux s'élève à 10% dans son pays, l'Etat l'a classée parmi la liste des maladies de la tuberculose et du Syndrome d'immunodéficience acquise».

Le Pr. Yacouba Toloba du CHU de Bamako et président de la Société africaine de pneumologie de langue française (SAPLF), a précisé qu' «en dépit du manque de moyens et de l'absence de la sécurité sociale pour prendre en charge ces pathologies, notamment, l'asthme qui représente un taux de 10% dans son pays, il n'en demeure pas que le Mali avait inclus la maladie sur la liste des maladies respiratoires et du Syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA). Pr. Yacouba du CHU de Bamako et Dr. Dan Aouta Maizumba, chef de service de pneumologie au CHU de Niamey, ont relevé la prolifération des maladies respiratoires et de l'asthme dans leur pays respectifs, ainsi que le manque de moyens pour leur prise en charge, tout comme le reste des pays africains.

Dr. Tcherakian Colas de l'Hôpital Foche en France a fait savoir, pour sa part, que les études ont prouvé que les maladies respiratoires en Allemagne, à titre d'exemple, « diffèrent d'une région à une autre.

Ceci est du, selon le spécialiste, à l'existence d'insectes et de cafards à l'intérieur des maisons, outre la pollution industrielle, ce qui prouve que l'environnement joue également un rôle important dans l'apparition de ces pathologies, en sus du facteur génétique et du mode de vie de la population».

Pour le Pr. Couderc Louis Jean du même établissement hospitalier, «l'enfant né par voie basse est plus exposé aux maladies d'asthme et allergiques lorsqu'il atteint l'âge de l'adolescence, que l'enfant né par césarienne et dont la mère prend des antibiotiques».

Les spécialistes des deux continents africain et européen ont été unanimes à indiquer que «l'échec du traitement chez plusieurs patients atteints par ces pathologies est dû, en premier degré, au fait que ces patients n'acceptent pas la maladie».

De plus, poursuit le même spécialiste, certains malades ne Afrique recourent au remède traditionnel, en raison du coût onéreux des médicaments, d'une part et des mentalités, d'autre part.  Malgré l'existence de médicaments innovants en Europe, plusieurs patients renoncent au traitement et ne le prennent qu'en cas de nécessité absolue, d'après les spécialistes, ce qui requiert l'accompagnement de ce traitement d'une éducation sanitaire en vue d'assurer de bons résultats.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.