Augmentation de la superficie plantée en colza à 130 hectares (DSA)

Publié par DK NEWS le 22-11-2021, 14h51 | 9

La superficie réservée à la culture du colza dans la wilaya de Blida, sera portée à 130 hectares, durant la saison agricole 2021/2022, a-t-on appris, dimanche, auprès de la direction locale des services agricoles (DSA). Cette décision d'augmenter la superficie dédiée à cette culture pour la porter à 130 ha, fait suite aux résultats "satisfaisants" obtenus, au lancement de cette filière agricole l’année dernière. Résultats obtenus aussi grâce aux conditions climatiques favorables,  a déclaré à l’APS, l'ingénieur d'Etat au niveau de la DSA, Belgharbi Hadjira. Selon la même source, la culture du colza est pratiquée actuellement sur un total de 128 ha,  répartis entre les fermes pilotes de Oued El Alleug, Mouzaia et El-Affroune, dans l’attente de l'implication d'autres agriculteurs qui ont exprimé, à l'occasion des campagnes de sensibilisation menées par la DSA, leur intention de se lancer dans cette filière. A noter qu'une production estimée à 825,8 qx de colza, avec un rendement entre 4,5 qx et 14,4 qx/ha, a été réalisé la saison dernière. La récolte a été effectuée sur une superficie de pas plus de 91,7 ha, a déclaré Mme. Belgharbi, soulignant le rôle important des ingénieurs agronomes dans l'accompagnement technique des agriculteurs, depuis l'étape des semailles jusqu'à la récolte. Elle a rappelé les nombreuses facilitations décidées par l'Etat au profit des agriculteurs, pour les inciter à investir cette filière, comme la possibilité de bénéficier du crédit "Rfig", et de déposer leur récolte, destinée à la consommation, à la Coopérative de céréales et légumes secs (CCLS), qui se charge de l'acheter à la place des particuliers, comme c’était de rigueur la saison dernière. La culture du colza s'inscrit dans le cadre du programme du ministère de l'Agriculture et du développement rural, portant sur le développement des culture industrielle (oléagineux, plantes à sucre, maïs) au cours des quatre prochaines années, dans l’objectif de réduire les importations, notamment en huiles alimentaires, sucre et fourrages.