Interview

Amel Chaouati cultive l’espoir

Publié par Propos recueillis par CEM le 29-10-2014, 17h52 | 968
|

Amel Chaouati est née à Alger. Elle est arrivée en France en 1992 à l’âge de 21 ans. Après deux années de sciences politiques à Alger, elle a décidé de suivre un rêve qu’elle nourrissait depuis l’adolescence, entamer des études de psychologie à l’étranger.

Aujourd’hui, elle exerce en France en tant que psychologue. En parallèle d’une activité libérale,  elle travaille dans le champ de la psychiatrie.

En 2005, elle a fondé l’association  Le Cercle des Amis d’Assia Djebar, un club de lecture qui réunit des lecteurs autour de cette œuvre. En 2012, elle a coordonné un ouvrage autour de l’œuvre d’Assia Djebar, LIRE ASSIA DJEBAR !, aux éditions La Cheminante.

En 2013, dans la même maison d’édition, elle a publié Les Algériennes du château d’Amboise. La suite d’Abd el-Kader.

L’ouvrage traite de l’histoire de l’emprisonnement en France des femmes et des enfants de la suite de l’émir Abd el-Kader qui avaient partagé sa détention entre 1848 et 1852 après la reddition de ce dernier.

Comment avez-vous été inspirée pour  l’histoire de ces «oubliées de l’Histoire» que sont «les Algériennes du château d’Amboise» ?

A.C. :  Une simple lecture m’a amené à conduire une recherche sur de nombreuses années. Je venais d’entamer des lectures sur l’histoire des premières années de la colonisation et par voie de conséquence l’histoire d’Abd el-Kader ben Mahieddine communément appelé l’émir Abd el-Kader.

L’ouvrage en question, Abdelkader le magnanime, a été déterminant. Une phrase brève a suffi pour m’alerter de la présence sur le sol français de femmes algériennes  durant le XIXe siècle. Ces femmes faisant partie de la suite de l’émir se sont retrouvées emprisonnées avec lui pendant cinq années à Toulon, Pau puis Amboise. 

J’apprends dans l’ouvrage que certaines d’entre elles avaient trouvé la mort mais sans donner plus d’explication ce qui m’avait profondément atteint et poussé à aller comprendre ce qui s’était passé.

Comment  s’est faite cette transition de la psychologie à l’histoire ?

L’œuvre romanesque de l’écrivain Assia Djebar a été déterminante. Son travail d’écriture pour dire sa propre version de l’histoire et de la mémoire algériennes mêlant la petite histoire dans la grande histoire a provoqué en moi un choc littéraire et esthétique sans précédent.

Comme on le sait Assia Djebar est aussi historienne de formation. Elle a toujours le souci de remonter dans le temps pour tenter de comprendre les souffrances actuelles. Par conséquent, c’est grâce à ses romans que j’ai pris conscience de l’importance de bien connaître son histoire pour mieux se connaître et mieux analyser le présent.

Elle m’a surtout fait prendre conscience de la pauvreté de l’écriture de l’histoire des femmes dans la société algérienne.  Depuis, je suis devenue alerte sur cette question.

Quels éclairages  en avez-vous tirés pour la compréhension de ce pan de l’Histoire de l’Algérie ?

La découverte de cette partie de l’Histoire qui reste cachée car taboue a ébranlé de nombreuses certitudes. Je pensais par exemple connaître l’histoire de l’émir, or ce n’est pas le cas. Le travail de recherche que j’ai mené essentiellement aux archives en raison de l’absence de documents sur le sujet m’a ouvert les yeux sur le silence et les non-dits qui touchent à notre Histoire.

Il m’a fait prendre conscience que l’écriture de l’histoire est  souvent en faveur du plus fort, du dominant. Or, on doit à chaque fois se référer à ces écrits. J’ai également vérifié combien les femmes sont absentes dans l’écriture de l’Histoire algérienne.

J’ai par ailleurs constaté une particularité autour de l’écriture de l’histoire de l’émir : une idéalisation excessive qui bloque la recherche et les interrogations autour de l’histoire de cet homme et par conséquent l’histoire de cette période coloniale qui a déterminé le rôle et le destin de cette personnalité historique.

Qu’attendez-vous du Cercle des Amis d’Assia Djebar ?

Je n’attends rien du Cercle des Amis d’Assia Djebar car il continue à m’offrir plus que je ne l’ai imaginé ou espéré depuis dix ans : des rencontres littéraires exceptionnelles, de nombreuses rencontres avec Assia Djebar, des échanges et des partages inoubliables avec des lecteurs à travers le monde, une journée d’étude à Paris, le premier colloque sur Assia Djebar en Algérie, un hommage rendu à l’écrivain dans six villes d’Algérie, un ouvrage collectif publié, et des projets qui n’arrêtent pas de grandir !

http://cercledesamisassiadjebar.
jimdo.com/

Publié dans :
|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.