Flash Actu

Fin des travaux de la 11e Réunion ministérielle du C10 Attaf : participation remarquable, succès des travaux

Publié par le 11-06-2024, 17h05 | 10
|

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ahmed Attaf s'est félicité, lundi à Alger, du succès de la 11e Réunion ministérielle du Comité des dix chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (C10) sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, soulignant une "précieuse" contribution et une "présence remarquable" aux travaux de cette réunion.  

Dans son intervention lors d'une conférence de presse animée conjointement au Centre international des conférences (CIC) "Abdelatif Rahal" à Alger, avec son homologue sierra-léonais, Musa Timothy Kabba qui a présidé la réunion, M. Attaf a précisé que cette rencontre s'inscrivait dans le cadre des efforts africains continus visant à réparer l'injustice historique et la marginalisation du continent africain au sein du Conseil de sécurité, en œuvrant à la promotion et la consécration de la position africaine commune, comme stipulé dans "le Consensus d'Ezulwini" et la "Déclaration de Syrte".

La réunion "a vu la présence de la plupart des ministres des Affaires étrangères des pays membres du C10", a indiqué M. Attaf qui les a remerciés pour avoir accepté l'invitation et pour leur "précieuse" contribution au succès des travaux", à leur tête son homologue sierra-léonais dont le pays "dirige avec brio nos efforts communs dans le cadre de ce comité", a-t-il dit.

Le ministre a, en outre, affirmé que les travaux ont porté sur deux axes principaux: l'évaluation et la planification. Il s'agit, selon lui, de "l'évaluation du processus des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, et du progrès réalisé en matière de promotion de la position africaine commune et d'élargissement de la base des pays et groupes qui la soutiennent". Concernant la planification, le ministre a cité "la préparation aux échéances et événements à venir et l'élaboration d'un plan d'action pour encadrer et orienter nos actions et activités futures".

Au volet Evaluation, explique M. Attaf, "nous présumons que notre évaluation était largement positive, en termes d'intérêt international suscité, à nouveau, concernant la question de réforme du Conseil de sécurité, sur fond de la crise que connaissent les relations internationales. Mais aussi en matière de soutien accru apporté à la position africaine commune, même par des membres permanents, au Conseil de sécurité, des pays qui reconnaissent désormais l'impératif de réparer l'injustice historique dont pâtit notre continent au sein de cette instance onusienne". S'agissant de la planification, poursuit le ministre des Affaires étrangères, "nos délibérations ont été sanctionnées par l'adoption d'un plan d'action ambitieux visant à tirer profit de l'intérêt renouvelé pour la question de la réforme du Conseil de sécurité et à la valorisation du soutien accru apporté à la position africaine commune".

Pour M. Attaf, le plan "définit cinq principaux fronts pour nos futurs efforts et démarches, à commencer par le renforcement du front intérieur à travers la préservation de l'unité du rang africain face aux tentatives visant à soudoyer certains membres de notre groupe pour qu'ils empruntent d'autres voies n'allant pas dans le même ses de notre vision commune ni de notre consensus fédérateur dans le cadre de notre organisation continentale, l'Union africaine (UA)". Pour le deuxième front, il s'agit de "renforcer la participation du C10 aux négociations intergouvernementales qui se tiennent sous les auspices de notre organisation onusienne, en insistant davantage sur la spécificité de la position africaine et la prise en charge de façon distincte des revendications africaines, de manière à respecter le caractère prioritaire et urgent de ces revendications à l'abri du blocage dû aux positions mitigées des autres blocs et groupes", a-t-il ajouté.

Le troisième front porte sur "le renforcement de la communication et de l'interaction avec les différents acteurs (Etats, groupes et blocs), afin d'élargir la base de soutien international en faveur de la position africaine commune". Il s'agit aussi, poursuit M. Attaf, de "l'importance de la prochaine réunion ministérielle entre le C10 et le groupe des Etats membres permanents du Conseil de sécurité, prévue en marge de la prochaine session de l'Assemblée générale des Nations Unies, en septembre prochain".

Le quatrième front, souligne le ministre, est "la participation active du C10 aux prochaines échéances internationales, notamment le +Sommet de l'avenir+ qui se tiendra en septembre prochain à New York, afin de réaliser de nouvelles percées et des acquis supplémentaires pour tendre vers la satisfaction des revendications africaines pour une représentation juste et équitable de notre continent au sein du Conseil de sécurité".

Le cinquième et dernier front concerne "l'initiative de soumettre les revendications africaines concernant le dossier de la réforme sur la table du Conseil de sécurité, dans le contexte de l'initiative créative et importante prise par la République de Sierra Leone d'organiser une séance-débat de haut niveau sur ce sujet lors de sa présidence du Conseil en août prochain", a-t-il ajouté, relevant que "c'est une initiative que nous soutenons et apprécions au sein du groupe A3+, car elle apporte une nouvelle approche et permet d'intensifier la pression directement sur les principaux acteurs dans le dossier de la réforme". M. Attaf a réitéré ses remerciements à tous les ministres des Affaires étrangères et chefs de délégations des Etats membres du C10 pour leur "participation effective et leur engagement constant et indéfectible en faveur de la position africaine commune qui reflète les aspirations de notre continent à occuper la place qui lui sied en tant qu'acteur international responsable et influent dans les décisions qui touchent la paix et la sécurité de par le monde, et en particulier dans notre continent africain".

De son côté, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de Sierre Leone, Musa Timothy Kabba a transmis les salutations et les remerciements du président de son pays au président de la République, M. Abdelmajid Tebboune, pour avoir accueilli cette réunion et appuyé la position africaine commune inhérente à la réforme du Conseil de sécurité.  Affirmant qu'il existe une volonté africaine de réparer l'injustice historique, d'autant plus qu'il demeure le seul continent ne disposant pas de siège permanent au Conseil de sécurité, M. Musa Kabba a ajouté que "conformément à nos missions, nous devons éliminer les embûches en vue d'obtenir des sièges permanents au sein du Conseil de sécurité".

Selon le ministre sierra léonais, lors de cette réunion ministérielle, toutes les mesures ont été prises concernant les négociations en vue de parvenir à cette fin, dont la mise en œuvre des orientations des chefs d'Etats et de gouvernement en vue de mettre en place un plan d'action de l'Union africaine (UA), en se référant à "la feuille de route d'Oyala".

Dans ce contexte, le chef de la diplomatie sierra-léonaise a mis en exergue la position africaine commune, à travers les références fondamentales consistant en "le Consensus d'Ezulwini et "la Déclaration de Syrte", appelant à soutenir les négociations et à adhérer au processus de mise en œuvre dans "le Sommet de l'avenir", à l'effet de renforcer les ambitions de l'Afrique, notamment en ce qui a trait à la réforme du Conseil de sécurité, en présentant cette position, à travers l'Algérie et la Sierre Leone au niveau de l'organe onusien.  

                        La position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité réaffirmée

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ahmed Attaf, a indiqué, lundi à Alger, que la 11e Réunion ministérielle du Comité des dix chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (C10) sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies avait réaffirmé la position africaine commune sur la réforme de cet organe onusien, soulignant que l'Algérie demeurera fidèle à cette position.

Dans son allocution au terme des travaux, M. Attaf a précisé que cette Réunion ministérielle avait fait ressortir "l'engagement collectif en faveur de la position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité", soulignant que "cette position, qui porte les aspirations de tout un continent, vise à corriger une injustice historique et à mettre fin à un déséquilibre dont les retombées vont au-delà de notre continent africain". Dans leurs conclusions, les participants ont appelé à mettre en avant la prise de conscience internationale croissante quant à la légitimité des revendications du continent pour une meilleure représentation africaine au Conseil de sécurité, notamment à la lumière des positions internationales successives en faveur de la vision africaine commune et de l'émergence d'une dynamique internationale encourageante, que les membres du Comité entendent mettre à profit pour remplir le mandat qui lui a été confié par l'Union africaine.

La Réunion a également mis en évidence "la spécificité des revendications africaines, qui requièrent une attention particulière et un traitement distinct, à titre prioritaire et de toute urgence, dans le cadre du processus de négociations intergouvernementales sous la coupole de l'Assemblée générale" des Nations Unies, a expliqué le ministre, soutenant que "la logique des choses impose à la communauté internationale, en tout premier lieu, de mettre fin à la marginalisation du continent africain au sein du Conseil de sécurité et de ne pas laisser les revendications africaines otages de l'impasse dans laquelle se trouve le processus de réforme en raison des positions antinomiques entre les autres groupes régionaux".

Les participants ont en outre recommandé de "s'en tenir, dans l'action commune, au processus onusien, qui reste le cadre fédérateur idoine pour la poursuite des négociations intergouvernementales", tout en "redoublant d'efforts pour préserver la position africaine des velléités de division des rangs africains et des tentatives d'influence visant à amener certaines parties à adopter des approches qui ne correspondent pas à notre vision commune et ne servent pas les intérêts et les aspirations légitimes de l'Afrique", a poursuivi le ministre.

A ce titre, M. Attaf a appelé à "l'adoption d'un plan d'action ambitieux pour encadrer nos futures actions et démarches, notamment nos contacts avec les autres groupes, à leur tête le groupe des membres permanents du Conseil de sécurité". Il a également insisté sur "la valorisation de notre participation aux sommets et réunions de haut niveau de l'ONU en vue d'élargir la base des pays et groupes soutenant la position africaine commune". A la lumière de ces conclusions, assure M. Attaf, l'Algérie "demeurera fidèle à la position africaine commune et aux nobles buts de cet auguste Comité et s'engage à ne ménager aucun effort pour préserver l'unité des rangs africains, renforcer ses fondements et porter haut sa voix".

De plus, l'Algérie "s'engage à poursuivre ses efforts au Conseil de sécurité afin de plaider nos causes communes, avec sincérité et responsabilité, dans le cadre de notre groupe politique A3, qui incarne aujourd'hui la solidarité africaine et reflète nos ambitions collectives à la construction d'un continent uni, fort et influent sur la scène internationale".

 

Publié dans :
|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.