Culture

Festival : Le Maroc interdit le festival Migrant'scène de Tanger, les organisateurs dénoncent

Publié par Dk News le 10-11-2018, 17h10 | 8
|

Les autorités marocaines ont interdit le   déroulement à Tanger du festival Migrant'scène, un espace d'échanges autour   de la question liées aux migrations, une décision dénoncée par «Le   Groupement antiraciste d’accompagnement et de défense des étranger-e-s et   migrant-e-s (GADEM), organisateur du Festival. 

Le GADEM est ses partenaires marocains devaient organiser ce festival pour   favoriser les rencontres, échanger et partager des réflexions autour des   questions liées aux migrations, aux «confluences culturelles» et sur la   situation spécifique du Maroc en tant que «carrefour migratoire». Cet   organisme a, ces derniers mois, régulièrement dénoncé l’arrestation et les   expulsions de migrants à Tanger, notamment dans un rapport intitulé «Coûts   et blessures». 

Dans un communiqué, le GADEM dénonce cette interdiction «illégale», selon   les déclarations faites par le Caïd (agent d’autorité) du 4ème   arrondissement de Tanger.  «Aucune notification écrite ni verbale n’a été faite au GADEM, qui dénonce   une atteinte irresponsable à la liberté d’expression et de création   artistique», a indiqué le communiqué qui souligne que le Caïd a, notamment,  
déclaré qu’il ne tolérerait pas à Tanger les activités, selon ses dires,   «d’une association gauchiste venue de Rabat, et qui attaque le   ouvernement». 

Pour la GADEM, ces motifs «fallacieux» ne justifient «en aucun cas»   l’interdiction d’une activité culturelle organisée par une association   exerçant de «manière régulière», et qui a toujours respecté les procédures   usuelles de déclaration. 

Créé en 2006, le GADEM est une association de droit marocain. «Le GADEM   agit avec responsabilité, dans le cadre de ses missions de monitoring, de   suivi juridique et de plaidoyer, pour la défense des droits des personnes   migrantes et étrangères au Maroc», a-t-on ajouté. 

Il y a lieu de rappeler que depuis le mois de septembre 2018, le GADEM a   lancé la campagne d’alerte Coûts Et Blessures afin de dénoncer des   violations graves et répétées des droits des personnes étrangères au Maroc,   depuis cet été. Des faits que les autorités ont niés.

Le GADEM tient à préciser que certaines de ces violations des droits des   personnes migrantes «se poursuivent actuellement, y compris à Tanger   même».

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.