Actualité

FLN: Ould Abbas appelle de nouveau le président de l’APN à "se retirer"

Publié par DK News le 13-10-2018, 16h23 | 27
|

Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbas, a appelé de nouveau samedi depuis Bouira le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Said Bouhedja, à la "clairvoyance" et à "se retirer avec honneur pour éviter toute éventuelle crise".

"Le FLN n’a jamais connu de crise de ce genre depuis 1962 et nous n’acceptons jamais, en tant que parti au pouvoir et majoritaire, que cela se produise." (Djamel Ould Abbas)

"Je peux même vous donner des exemples, celui de 1988 quand Abdelhamid Mahri a succédé à Chérif Messaâdia à la tête du FLN, ainsi qu'en 2004 lorsque l’ancien président de l’APN, Karim Younes, avait déposé sa démission pour préserver sa dignité, sans se soumettre à des signatures de retrait de confiance", a souligné M. Ould Abbas lors d’une rencontre au théâtre régional de la ville de Bouira.

Le problème auquel est confronté l’APN est "une affaire interne aux membres de cette institution de l’Etat.

Cela a débuté lorsque Bouhadja a décidé d’exclure le secrétaire général administratif de l’APN sur une décision unilatérale et sans consulter le bureau du conseil composé de neuf membres issus des différents partis politiques", a expliqué à la presse M. Ould Abbas.

"Les adjoints du président de l’APN ont expliqué à Bouhadja que l’article 9 du règlement intérieur de l’APN l’oblige à consulter les membres du bureau avant toute prise de décision, et lui ont demandé de renoncer à sa décision d’exclure le secrétaire général administratif de l’APN, mais il a refusé, ce qui a compliqué davantage les choses", a encore expliqué l’orateur.

Il a ajouté que "des groupes parlementaires ont décidé par la suite de lui retirer leur confiance sur la base d’une collecte de 351 signatures", affirmant qu'il n y avait "aucune intervention ou immixtion du gouvernement, ni de partis ni de la présidence dans cette affaire". M. Oul Abbas a affirmé que la solution doit être "immédiate" et qu'il demandait à M. Bouhadja de se retirer au nom du FLN.

"Nous, dirigeants du FLN, appelons Said Bouhadja à la clairvoyance et à s’inspirer un petit peu des exemples que j'ai cités afin de préserver l’image du pays ainsi que les acquis de paix et de stabilité dont jouit l’Algérie grâce à la sagesse et aux sacrifices du président de la République, Abdelaziz Bouteflika", a conclu M.Ould Abbas.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.