Santé

Sciatique liée à l'âge : la rééducation avant tout

Publié par DK NEWS le 23-06-2024, 14h17 | 29
|

Passé 50 ans, la cause la plus fréquente de douleurs dans le bas du dos et la jambe est liée à l'arthrose. Elle peut en effet entraîner un rétrécissement du canal lombaire, avec une irritation des nerfs, responsable de sciatique.

La sciatique liée à l'âge (les médecins parlent aujourd'hui de canal lombaire étroit) s'explique le plus souvent par une sténose du canal lombaire. C'est-à-dire par le rétrécissement, au bas du dos, du canal contenant les racines nerveuses qui innervent les membres inférieurs. La compression des nerfs à l'intérieur de ce canal est source de douleurs chroniques au niveau du bas du dos et des jambes lors de la marche. Et dans 90% des cas, cette "sténose lombaire" est due à l'arthrose. Les personnes de plus de 65 ans sont les plus touchées. Mais un rétrécissement du canal lombaire n'entraîne pas forcément une gêne douloureuse.

Comme pour les autres lombalgies, le traitement de première intention est souvent médicamenteux, basé sur des antalgiques, des anti-inflammatoires, et parfois - quand la douleur est très intense - de la morphine. Ce traitement permet de stabiliser les douleurs, pendant parfois plusieurs années. S'il ne suffit pas, le médecin peut prescrire des infiltrations de corticoïdes. Mais « Le traitement à long terme de la sténose lombaire reste la rééducation », souligne le Pr François Rannou, rhumatologue et rééducateur.

 

EN QUOI CONSISTE LA RÉÉDUCATION ?

Réalisée par un kinésithérapeute, elle vise notamment à apprendre au patient des techniques pour lutter contre la lordose lombaire, cette tendance à être très cambré, qui ferme encore plus le canal lombaire. L'idée est d'habituer le patient à basculer son bassin en avant lors de la marche. Un geste difficile. Ce qui explique que la rééducation peut durer plusieurs mois. Couplée à la correction d'une mauvaise position et si nécessaire à une perte de poids, la rééducation peut suffire pour retarder ou éviter une chirurgie. On peut aussi faire appel à la PCPthérapie ( pression continue profonde réalisée avec un dispositif par un médecin ou un kiné).

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.