Histoire

Bataille d’Agouni Ouzidhoudh (Tizi-Ouzou) : Témoin de la détermination et du courage de l’ALN

Publié par Dknews le 09-10-2022, 18h49 | 66
|

La bataille d’Agouni Ouzidhoudh (plateau de la palombe) dans la wilaya III historique (actuellement dans la commune d’Iflissen au nord de Tizi-Ouzou), est l’un des événements historiques témoins de la bravoure et de la détermination de l’Armée de libération nationale (ALN) à faire face à la lourde artillerie de l’armée coloniale française pour le recouvrement de l’indépendance.

La bataille a débuté le 9 octobre 1956.  "C’était un mardi", se rappelle encore l’ancien moudjahid Moh Mansour du village Adrar (Iflissen) aujourd’hui âgé de 82 ans, un des survivants de cette bataille où l’armée coloniale avait déployé un lourd arsenal de guerre pour se venger de l’ALN, en lançant l’opération "Djennad".

L’armée coloniale qui avait le projet de créer un contre-maquis dans la wilaya III historique, à travers la fameuse opération "Oiseau bleu", avait été tournée au ridicule par l’ALN qui avait utilisé cette action de l’ennemi (oiseau bleu) en sa faveur pour récupérer des armes au profit des Moudjahidine de la Guerre de libération.

"L’opération Djennad a été une expédition punitive contre les moudjahidine, après l’échec cuisant de sa tentative de créer un contre-maquis dans la wilaya III Historique", relève Moh Mansour qui ajoute, à propos de l’opération Djennad, qu’il s’en souvenait "comme si c’était hier".

"Les scènes horribles du déluge de feu qui s’était abattu sur la région, lors de cette opération qui a débuté mardi et s’est achevée le vendredi, sont gravées dans ma mémoire et je les revoies encore aujourd’hui.

Les avions, dont 8 chasseurs bombardiers à réaction et des B 26 ont commencé à bombarder à 7h30", se remémore-t-il.

Le lendemain, mercredi, se souvient-il encore, c’était au tour des bâtiments de guerre d’entrer en opération, en bombardant à partir de la méditerranée, au large d’Azeffoune.

"Toute la partie littorale allant de Si Yahia jusqu’au sommet d’Agouni Ouzidhoudh a été intensément bombardée", a-t-il souligné.

 

L'ALN a réussi à repousser l'ennemi avec son arsenal démesuré

Selon la documentation remise à l’APS par le musée régional du Moudjahid de la wilaya de Tizi-Ouzou, concernant cette bataille, l’armée coloniale a mobilisé, au titre de l’opération Djennad, un important arsenal, dont la 27ème division d’infanterie alpine, 10 bataillons dont 7 de chasseurs alpins, 2 bataillons de parachutistes, deux bataillons de blindés, des bâtiments de guerre et l’aviation.

Environ 10.000 soldats français ont été ainsi mobilisés pour les besoins de cette opération, à laquelle l’ALN, nettement inférieure en nombre et en armement, avait réussi à faire face grâce à la détermination et au courage des moudjahidine.

La résistance des moudjahidine de la région des Ath Jennad, appuyés par ceux des sections de l’ALN de la zone 3 et de Sidi Naâmane, tous prêts à mourir au champ d’honneur pour libérer le pays du joug colonial, a fini par repousser l’ennemi, après cinq jours de combats.

Selon la même documentation, 109 moudjahidine, notamment d’iflissen, Mizrana, Sidi Ali Bounab et Ath Jennad, sont tombés en martyrs lors de cette bataille. Les pertes du côté français sont loin d’être minimes, puisque 400 soldats français ont été tués, plusieurs engins de guerre détruits et de nombreuses armes récupérées par l’ALN.

"J’avais 16 ans à l’époque, moi et mes camarades de combat avons donné notre jeunesse à la patrie, je ne le regrette pas, et je referai le même choix si c'était à refaire", a confié l’ancien Moudjahid Moh Mansour.

Il a conclu: "j’ai encore la mémoire alerte, cela me permet de partager ce pan important de la Révolution avec les jeunes générations".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.