La bataille Ghalize (Blida): lorsque l'armée française perdit 370 soldats

Publié par DK NEWS le 06-05-2022, 14h23 | 144

La direction des moudjahidine et ayants droit de Blida et la famille révolutionnaire de la wilaya ont commémoré, jeudi, le 66e anniversaire de la bataille Ghalize, sur les hauteurs de Meftah (extrême Est de Blida), ayant fait perdre 370 soldats à l’armée coloniale française qui avait aussi enregistré 70 blessés parmi ses rangs.

La commémoration de cette bataille qui a eu lieu le 6 mai 1956, au village Ghalize de la commune de Djebabra, daïra de Meftah, s’inscrit au titre de la perpétuation du souvenir et des faits d’armes des héros qui se sont sacrifiés pour libérer leur peuple du joug colonial, a-t-on indiqué à la direction locale des moudjahidine et ayants droit.

L'événement marqué par la présence de moudjahidine de la région et de wilayas voisines, dont Bouira, Boumerdes et Médéa, a été l'occasion pour revenir, à travers des témoignages de personnes, parmi les habitants de ce village ayant vécu cette période de l’histoire de la région, sur moult détails et événements ayant précédés cette bataille livrée par les moudjahidine pour se défendre contre les exactions du colonisateur.

Dans son témoignage, le moudjahid Mohamed Ladjali, l’un des participants à cette bataille qui infligea de lourdes pertes au colonisateur français, a relevé le discernement et le courage des éléments de l'Armée de libération nationale (ALN) pour défendre le pays.

Le moudjahid Adjali a souligné que cette bataille, qui s’est poursuivie durant trois jours et ayant coïncidé avec le mois de Ramadhan, s'était déroulée dans des conditions climatiques difficiles marquées par de fortes pluies et un épais brouillard. "Le courage des moudjahidine et leur foi en la justesse de leur cause leur a valu la victoire à cette bataille, avec à la clé 370 morts et 70 blessés dans le camp ennemi, alors que l'ALN n'a déploré que deux morts au champ d’honneur, les martyrs Mohamed Allague et Tounsi, a-t-il rappelé.

Selon les témoignages, la genèse de cette bataille a commencé lorsque les services de renseignements français ont eu vent d’informations portant sur une hausse des quantités de pain distribuées aux habitants du village, ayant éveillé des soupçons, chez la partie française. Des informations, également, parvenues au commandant de la Katiba d’ Ali Khodja, qui ordonna la tenue d'une assemblée générale des habitants de la région à la maison du martyr Ammar Mechri.

Cette réunion fut destinée à la désignation de responsables pour surveiller les provisions, parallèlement à la répartition des missions aux moudjahidine.

Le moudjahid Ali Khodja revint le lendemain en compagnie de 40 moudjahidine. Ils dressèrent une embuscade à 45 soldats français qui arrivèrent aux environs de 7h00 du matin, heure du déclenchement de cette bataille, dont le bilan avait été l'élimination de la majorité de soldats français. Cinq parmi ces derniers avaient toutefois réussi à prendre la fuite et à rejoindre leur caserne.

Suite à quoi les forces françaises sont revenues sur les lieux avec d’importants renforts, au moment où le commando d’Ali Khodja s’est vu renforcé par une autre Katiba de 80 moudjahidine, sous le commandement d’Omar Hichem.

Une fois la bataille terminée, les habitants du village ont fui leurs maisons et leurs terres par peur des représailles de l’armée française qui a détruit tout le village et en a fait une zone interdite, a indiqué la direction des moudjahidine de Blida.