Actualité

Le plan d’action du gouvernement adopté

Publié par DK NEWS le 14-02-2020, 17h45 | 8
|

L'adoption du Plan d'action du gouvernement intervient conformément auxdispositions de l'article 94 de la Constitution.Les députés ont procédé au vote du Plan d'action après l'intervention deM. Djerad pour répondre à leurs interrogations, formulées ces troisderniers jours lors du débat autour du document. 

L’échéancier de  mise en œuvre objet de la prochaine rencontre gouvernement - walis

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a affirméjeudi que la réunion Walis-Gouvernement, décidée par le Président de laRépublique pour les prochains jours, définira les priorités, traduira lesmesures et fixera «avec précision» les délais d'exécution du Plan d'actiondu Gouvernement, y compris la mise en £uvre du plan d'urgence pour palierles inégalités en matière de développement local, notamment dans lesrégions du Sud, les zones montagneuses et rurales et les banlieues.
«Conscient de la spécificité, de la priorité et de la sensibilité dudossier du développement, le Gouvernement est disposé à £uvrer à la priseen charge de ces préoccupations dans le but de garantir un développementéquitable au profit de toutes les régions du pays, sans exclusion oumarginalisation», a assuré M. Djerad à l'adresse des députés concernant lespréoccupations exprimées lors des débats du Plan d'action.Ce volet, qui a été l'axe fondamental des interventions des députés,«constitue une priorité majeure pour le Gouvernement qui non seulementpartage le même diagnostic mais également l'impératif de réunir toutes lesconditions d'une vie décente aux citoyens où qu'ils se trouvent et quelquesoit leur wilaya».
«La vérité amère est qu'il existe des zones d'ombre et d'exclusion ycompris dans la capitale du pays», a-t-il déploré ajoutant que «l'Algériene peut pas fonctionner à deux vitesses et notre peuple mérite unemeilleure prise en charge où qu'il se trouve».Soulignant l'engagement du Gouvernement à poursuivre les programmed'infrastructures et d'équipements prévu dans les différentes régions dupays, «dans le cadre d'une nouvelle approche participative», le Premierministre a fait état d'un travail en cour pour la révision de lanomenclature nationale des projets de développement, notamment ceux gelés,reportés ou pas entamés encore.Il a évoqué, en outre, la redéfinition de l'ordre de priorité deréalisation de ces projets dans chaque wilaya en fonction des besoinsréels, capacités disponibles, le dividende socio-économique suivant lesspécificités de chaque région».
S'agissant du «nombre excessif» de départements ministériels relevé parcertains députés, M. Djerad a rappelé que «le Gouvernement en place estcomposé de 28 départements ministériels seulement, ce qui est le mêmenombre de ministères dans les gouvernements précédents», sachant quel'élargissement de l'Exécutif à nombre de ministres délégués et secrétairesd'Etat qui relèvent administrativement et financièrement de leurs tutelles,«n'entraine pas une charge financière conséquent».
Cet élargissement, a-t-il précisé vise à assurer une prise en charge»optimale» des préoccupations des citoyens et «l'appui» à nombre desecteurs prometteurs à «ériger» en priorités nationales compte tenu de leur»apport» dans la dynamisation du développement économique.
En réponse aux préoccupations relatives à la réforme de l'appareiladministratif, le Premier ministre a mis en avant la volonté duGouvernement d'assainir l'administration des pratiques bureaucratiquesdésuètes à travers la mise en £uvre d'une panoplie de mesures pratiquesdétaillées dans le Plan d'action, affirmant que le renforcement de lagestion décentralisée était une préoccupation partagée par l'Exécutif, quis'emploiera à l'amélioration de la performance dans tous les domaines,a-t-il dit. 

Les Députés mettent en priorité  la protection des deniers publics
 
La majorité des membres de l'Assemblée populaire  nationale (APN) ont mis l'accent, mercredi, dans leurs interventions aux  séances de débat général autour du projet de Plan d'action du Gouvernement,  sur l'impératif de protéger les derniers publics contre toute forme de  menace ou de détournement et de trouver les mécanismes idoines à même de  concrétiser ce plan. 
Les députés du Parti du Front de libération nationale (FLN) ont valorisé,  dans ce sens, les acquis réalisés durant ces derniers mois, dont la  poursuite en justice des auteurs de délits de corruption et de détournement  de deniers publics, estimant que ces acquis demeurent insuffisants, d'où la  nécessité de mettre en place de véritables mécanismes de contrôle. 
La députée du parti FLN, Saida Azzoug a proposé d'infliger une peine  d'emprisonnement à perpétuité à l'encontre de tout individu dont  l'implication dans des affaires de détournement de derniers publics est  prouvée et de requalifier ce délit en crime de haute trahison, outre  l'élaboration de rapports annuels par la Cour des comptes visant le  contrôle des derniers publics. 
De leur côté, les députés du Mouvement de la société pour la paix (MSP)  ont insisté sur l'impérative révision du système éducatif, devenu un  terrain d'expérimentation durant la dernière décennie. 
Ils ont évoqué, en outre, le secteur de la santé qui souffre de plusieurs  problèmes dont la mauvaise gestion. Les députés du Front El Moustaqbal et du Rassemblement national  démocratique (RND), ont fustigé, quant à eux, l'absence de chiffres et  l'imprécision des délais de mise en £uvre et des moyens de financement des  projets dans le plan d'action du Gouvernement, présenté mardi dernier par  le Premier ministre, Abdelaziz Djerad. 
Evoquant le secteur de la Justice et l'impérative consécration de  l'indépendance de la Justice et des médias, les députés ont insisté sur la  nécessité d'ouvrir des chantiers de réformes politiques profondes en  adéquation avec les aspirations du peuple algérien. La séance de jeudi après-midi sera consacrée à la réponse du Premier  ministre aux interrogations des députés. 

Définir les sources de financement du plan d’action

Des membres de l'Assemblée populaire nationale  (APN) ont appelé, mercredi, lors du débat du Plan d'action du Gouvernement,  à l'impérative «définition des sources de financement» que le Gouvernement  compte affecter à la réalisation des projets annoncés. 
Le Plan d'action du Gouvernement ne fait mention d'aucune source de  financement et d'aucun mécanisme de mise en £uvre et de suivi des projets,  ont estimé des députés lors de la plénière consacrée au débat dudit projet  de Plan d'action, présidée par Slimane Chenine, président de l'APN, en  présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, et des membres du  Gouvernement. 
Pour la députée Ouafia Boureghda (Tajamoua Amel El Djazair), le Plan  d'action du Gouvernement est «dépourvu de chiffres". «Bien qu'il admette  l'existence d'un déficit budgétaire, le Gouvernement n'apporte aucune  précision sur les moyens de résorber ce déficit ni sur les mécanismes  permettant de remédier à la situation économique difficile que connaît le  pays", a-t-elle estimé. Un avis partagé par le député Mohamed Abdelhadi (Indépendants) qui, tout  en reconnaissant au Gouvernement sa «volonté sincère de changement", a  souligné la nécessité d'étayer ledit Plan de chiffres et de fixer les  échéances de mise en £uvre des projets qu'il renferme. 
Le parlementaire a également appelé à l'impérative définition des sources  de financement des projets dans le Plan d'action. En effet, a-t-il dit, «le  Gouvernement n'a pas précisé avec quelles ressources il compte financer ses  projets, qui plus est dans un contexte de déficit budgétaire". 
Il s'est, d'ailleurs, interrogé sur l'éventuel recours au financement non  conventionnel, au financement extérieur ou au partenariat avec des  étrangers selon la règle 49/51 pour la concrétisation des projets  économiques programmés. 
Abondant dans le même sens, le député Azzedine Toumi du parti du Front de  libération nationale (FLN) a appelé le Gouvernement à «préciser les sources  de financement des projets prévus", se demandant si l'option du financement  non conventionnel était envisagée par le Gouvernement. 
De son côté, Tigharsi El Houari du FLN, a indiqué que le projet de Plan  d'action «manque de diagnostique de la situation économique actuelle et de  coordination intersectorielle". 
Pour étayer ses dires, M. Tigharsi a cité l'exemple du projet de  réalisation d'un million d'unités de logement. «Un projet d'une telle  envergure nécessite un financement important. Le Gouvernement n'a pas  avancé l'origine des enveloppes devant être affectées à la réalisation de  ce projet".  
Pour sa part, le député, Seddik Bakhouche du Parti national pour la  solidarité et le développement (PNSD), a reproché «une absence totale de la  finance islamique» dans le projet du Plan d'action, s'interrogeant sur  l'avenir des projets de banques islamiques qui constituent une alternative  pour le financement de l'économie nationale. 
Zina Ikhlef du Rassemblement national démocratique (RND) a évoqué, quant à  elle, «la question de la restitution des fonds détournés» qui n'a pas été  évoquée selon elle par le Gouvernement, soulignant la nécessité de dévoiler  les mécanismes devant être adoptés par l'Exécutif pour récupérer ces fonds.   A son tour, Zoulikha Ouarzdini de l'Union Nahda-Adala-Bina a exprimé les  mêmes préoccupations que ces collègues, appelant le Gouvernement à éviter  d'employer certains termes à l'image du «renouvellement", «le  parachèvement» et «la continuité» des programmes économiques car,  dit-t-elle, il faut opérer une rupture avec les résidus de l'ancien régime  dans la nouvelle Algérie". 
La séance de jeudi sera consacrée aux interventions des présidents des  groupes parlementaires, aux réponses du Premier ministre aux questions  soulevées par les députés et au vote du Plan d'action du gouvernement.  
 
Plaidoyer pour l'encouragement des investissements et l'examen minutieux du système fiscal
 
Des députés de l'Assemblée populaire nationale  (APN) ont mis en avant, mercredi, lors du débat du projet du Plan d'action  du gouvernement, la nécessité de créer un climat favorable à  l'investissement et d'examiner minutieusement les mesures relative à la  fiscalité.   
A ce titre, les députés ont plaidé pour une réforme économique qui  prennent en considération la révision des lois régissant l'investissement,  du régimes des salaires et du système fiscal.  Intervenant à cette occasion, la députée du Parti des travailleurs (PT),  Nadia Laabidi a appelé à la définition des dispositions à même de drainer  les investissements, solutionner le problème du marché parallèle de la  devise et examiner les mécanismes efficaces à même de rendre disponible la  devise dans les banques.   
De son côté, la députée Halima Zidane a plaidé pour la réalisation  d'études approfondies sur l'impôt sur le revenu global (IRG) et l'examen de  la contribution de son annulation à l'amélioration du pouvoir d'achat des  citoyens.  
Pour sa part, la députée du Rassemblement national démocratique (RND),  Imane Arada a indiqué que le Plan d'action du gouvernement devrait donner  plus de détails sur les indicateurs et les modalités d'exécution, notamment  en ce qui concerne l'engagement du président de la République, Abdelmadjid  Tebboune en faveur de l'annulation de l'IRG pour les revenus inférieurs à  30.000 DA.    
De son côté, la députée du Front de libération nationale (FLN), Faiza  Bouhama a affirmé la nécessité d'examiner l'opération de suppression de  l'impôt sur le revenu, du fait qu'elle peut engendrer des disparités dans  les salaires entre les différentes classifications des travailleurs et de  son impact sur les équilibres financiers. 
Mme Bouhama s'est interrogée de l'utilité de cette opération si elle ne  parvient pas à améliorer le pouvoir d'achat et la possibilité de sa  concrétisation sur le terrain, soulignant que la solution idoine consiste  en la création d'une croissance économique et locale efficace. 
Le député El Hadj Laaroussi du parti El Karama a indiqué qu'un plan  d'action ambitieux doit tabler sur des chiffres, des indicateurs et des  délais permettant d'assurer son suivi.  
Quant au député du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Laid Zouar,  il a souligné l'importance de mettre en valeur la loi pour la récupération  du foncier industriel en l'accordant aux véritables ayant-droits, outre le  retour aux transactions bancaires islamiques et l'interdiction des intérêts  usuraires.   
Pour sa part, le député du FLN, Mohamed Messaoudja, a abordé la question  de la restructuration économique et de l'adoption d'une politique moderne  dans le domaine de l'industrie qui prenne en considération l'industrie  mécanique et soit une locomotive qui répond aux besoins de  l'investissement.  Quant au député du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) Abdennour  Khelifi, il a appelé le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la  Ville, à la nécessité d'examiner le dossier des souscripteurs AADL 2 qui  n'ont pas encore obtenu leurs logements et de revoir les conditions  d'inscription aux listes des demandeurs du logement social.  
Le même député a également appelé, en compagnie d'autres députés, à  présenter un bilan sur les logements sociaux vacants et à mettre en £uvre  des mesures qui permettent aux citoyens d'en bénéficier.  Dans l'ensemble, les députés ont également abordé, dans le volet  économique, des questions relatives à la révision du Code du commerce,  notamment en ce qui a trait au registre de commerce, à la révision de  l'organisation des zones industrielles, l'obligation faite aux  investisseurs quant au délai de réalisation pendant la construction de  leurs usines, l'encouragement de l'agriculture saharienne et des montagnes,  ainsi que la dynamisation du rôle des autorités locales en la matière.  
 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.