Monde

Un rassemblement à Paris pour dénoncer les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental

Publié par Dknews le 14-06-2019, 16h47 | 3
|

Un rassemblement a été organisé jeudi après-midi à Paris pour dénoncer les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental sous occupation marocaine, revendiquant la libération des prisonniers politiques sahraouis.

Avec le soutien du député français Jean-Paul Lecoq, une cinquante de Sahraouis se sont rassemblés à la place des droits de l'Homme (Trocadéro) à quelques encablures de l'ambassade du Maroc en France.

Organisé par la Plateforme pour la solidarité avec le peuple du Sahara occidental, une ONG française, les manifestants ont revendiqué durant leur sit-in la libération des prisonniers politiques sahraouis dans les geôles marocaines, tout en soulignant que la seule alternative au conflit du Sahara occidental est l'indépendance de ce territoire sous occupation marocaine depuis plus de 40 ans.

Après le sit-in, les manifestants ont marché jusqu'aux environs du siège de l'ambassade marocaine pour porter les mêmes slogans.

"Chaque jour, la population sahraouie des territoires occupés et du sud du Maroc est victime d’un nouveau cycle de graves violations des droits de l’homme par les forces d’occupation marocaines sous un siège militaire et un blocus médiatique : arrestations arbitraires, déplacements forcés, torture, entraves aux activités des associations sahraouies, assassinats", ont souligné les initiateurs de cette manifestation.

Pour eux, les violations des droits de l’Homme, telles que l’utilisation de la force disproportionnée contre des personnes sans défense ne constituant pas une menace, "la liquidation physique résultant de l’usage illégal de la force dans les territoires occupés, comme le Sahara occidental, constituent une grave violation de la quatrième Convention de Genève", exprimant leur vive préoccupation à l'égard des conditions "inhumaines" subies par les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines.

A cet effet, les manifestants ont condamné "fermement" ces pratiques et ces violations des droits de l’homme, exigeant l’arrêt de la répression contre la population sahraouie.

Ils ont également réitéré leur demande pour l’élargissement du mandat de la Mission de Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (MINURSO) à la surveillance des droits de l’homme et au suivi des personnes impliquées dans ces actes criminels devant les juridictions internationales, tenant "le régime marocain, soutenu par le gouvernement français, responsable de toutes ces graves violations des droits de l’homme".

Saluant la lutte pacifique du peuple sahraoui dans les territoires occupés, ils ont appelé le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union européenne et l’Union africaine, ainsi que les organisations internationales des droits de l’homme, à "intervenir rapidement pour ouvrir les territoires sahraouis occupés aux observateurs internationaux et à la presse, pour connaître la réalité de ce qui se passe et mettre fin à la répression du peuple sahraoui".

Dans une déclaration à l'APS, le député Lecoq a affirmé que la cause sahraouie est une "cause juste" et que c'est "important" en France qu'on soutienne cette cause.

D'où l'importance, a-t-il dit, qu'elle soit portée au sein de l'Assemblée nationale française lors du colloque qui sera organisé le 28 juin prochain.   "Nous aurons l'occasion, à l'Assemblée nationale, de faire le point sur la situation contemporaine de la cause sahraouie avec les rebondissements que nous donnent les jugements de la Cour européenne de justice sur la non-utilisation des richesses par le peuple sahraoui, la question de souveraineté du Sahara occidental et c'est bien que ces questions posées à l'intérieur de l'Assemblée nationale parce qu'on parle du droit du peuple", a-t-il ajouté.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.